Mercredi 8 juillet 2020

La veuve de Sarepta (1 Rois 17,7-16)


Lire le texte

Elle habite Sidon, c’est une étrangère de la même région que Jézabel. Elle ne connaît pas Yahvé, elle vit dans la pauvreté la plus absolue, et c’est là que Dieu envoie Elie, chez quelqu’un qui n’a plus qu’un peu de farine et d’huile au fond d’une jarre pour prendre un dernier repas avec son enfant… Elle accepte pourtant de partager ce repas avec Elie, et s’accomplit alors la parole: «Le pot de farine ne s’épuisera pas ni la cruche d’huile de se videra.» Dans la famine qui sévit autour d’eux, Dieu pourvoit. Comme plus tard, dans la multiplication des pains, le partage, la générosité entraîne la générosité, la vie en abondance. C’est ce que Dieu veut pour nous. Le partage est déjà un premier miracle, la solidarité aussi, une solidarité avec notre prochain qui se perd parfois dans notre monde et que nous devons, à tout prix, retrouver, si nous voulons poursuivre notre aventure ici-bas. Un monde où chacun pourrait avoir assez pour vivre et pour partager. Un monde sans gaspillage ni accaparement des biens, un monde de partage simple et sans calcul. Un monde avec de belles rencontres comme celle d’aujourd’hui, des rencontres que nous pensions improbables.

Delphine Collaud

Prière: Tu prends soin de nous, Seigneur. Donne-nous notre pain quotidien et aussi quelqu’un avec qui le partager.  

Référence biblique : 1 Rois 17, 7 - 16

Commentaire du 09.07.2020
Commentaire du 07.07.2020